16/11/2008

La bêtise du temps.

Avec le temps et oui avec le temps tout s’en va, chantait Ferre.

Qu’on l’aime ou qu’on le déteste, il est là qui fout le camp, irrémédiablement.

Il nous rattrapera toujours. Il serait bête de vouloir l’arrêter par je ne sais quelle artifice.

Il sert peu de le planifier à 100%. Ne le laissons pas détruire notre créativité en lui prévoyant trop son emploi. Nous ne pouvons le posséder, l’arrêter, le retarder. C’est lui qui vient à nous.

Parfois je l’aime, je le hais aussi, mais merveilleux ou mauvais il passe.

J’avoue mieux l’aimer depuis qu’il n’est plus travail…

Le temps renouvelle aussi les choses autour de nous et en nous.

C’est qu’il faut être modeste avec le temps. Devant lui, nous ne sommes rien, seulement une très petite particule qu’il transformera en poussière.

Moi, en tout cas, je le laisse venir, le laisse m’apporter réflexion et distraction et je tente d’aimer les personnes qu’il m’a apporté et m’apporte encore.
Je le laisse venir, sans trop le contrôler et sans ruser avec.