08/12/2009

La bêtise du "Caritas business".

téléthon
En France, le milliardaire Pierre Bergé a lancé une polémique intéressante en dénonçant le téléthon qui mobilise, selon lui, des ressorts émotionnels voire populistes pour collecter de l'argent.

J’écoutais hier  à ce propos la toujours intéressante émission « Mots croisés » sur FR.2.

Si les associations caritatives et humanitaires ne sont pas vraiment des entreprises (elles n’ont pas d’actionnaires), elles emploient la panoplie complète d’un marketing et la guerre des dons est bien une réalité. Il y a véritable concurrence sur le marché de la solidarité.

Je persiste à croire que plus un pays est libéral, plus il abandonne aux techniques publicitaires la générosité, mais plus grave encore, plus il décharge l’Etat de sa responsabilité de solidarité. C’est plus qu’une bêtise de laisser à la générosité publique le soin de la recherche médicale pour des maladies orphelines, mais aussi l’aide aux plus défavorisés qui le sont d’ailleurs très souvent par la pratique d’une politique inégalitaire.

Que dire alors de la bêtise des médias qui pour récolter les fruits de la générosité savent que faire pleurer fonctionne toujours mieux que de faire raisonner. Que dire de ces parrains et marraines « peoples » employées pour faire augmenter les dons ? Que dire de la défiscalisation de ces dons, alors que la plupart d’entre eux viennent de gens aux revenus modestes pour qui celle-ci n’a aucun effet ? Je trouve scandaleux cette façon de venir chercher dans la poche des « petits » une obole qui les touche dans le nécessaire, alors qu’on récolte moins dans la poche de ceux qui ont du superflu.

La mobilisation pour un Etat qui devrait mieux répartir la perception et la redistribution des impôts serait bien utile et créerait autant de liens sociaux que la participation à des opérations humanitaires. La souffrance humaine ne peut être abandonnée à un émotionnel mais bien à la raison et à un Etat capable de la prendre en charge. La générosité n’a évidemment rien de « bête ». L’engagement des nombreux bénévoles méritent le respect. Se mobiliser pour obliger nos représentants à  mener une politique de juste solidarité ne serait-elle pas plus efficace ? Personnellement je préfère ce combat là !