26/09/2009

La bêtise de Francorchamps.

francorchamps
Aimer le sport automobile n’a évidemment rien de répréhensible. Qu’un pays investisse pour ce sport, comme il le fait pour d’autres, est normal et légitime. Là où la bêtise commence, c’est quand le coût devient exorbitant et que les politiciens s’emparent d’un événement comme celui de la F1 pour tenter de nous faire croire à l’image grandiose  du pays qu’offre pareille manifestation ! Souvent d’ailleurs, mais à titre anecdotique, cette manifestation leur sert de beuverie et de petites faveurs accordées à un clientélisme électoral. La formule «  le plus beau circuit du monde » me parait pour le moins surfaite et creuse.

Le déficit du GP de F1 2009 va s’élever à 5 millions d’euros. C’est le montant de l’aide dont ont bénéficié les CPAS wallons en 2008. Je sais qu’il ne faut pas confondre le gouffre qu'est le GP F1 avec les activités normales et régulières du circuit. Mais tout ce sport automobile, réservé en réalité aux riches, vaut-il autant d’argent payé par le pauvre contribuable ? On rétorquera à cela des retombées économiques. Lesquelles ? Personne n’est en mesure de quantifier vraiment et scientifiquement celles-ci.

La bêtise de Francorchamps n’est-elle pas simplement de laisser sa gestion aux mains de politiciens ou d’hommes en quête de mandats publics ? Ne ferait-on pas mieux de la confier à des gens compétents, connaisseurs dans ce secteur et véritables amateurs de ce « sport » ? A eux alors de trouver les moyens et les investisseurs nécessaires au bon fonctionnement de ce circuit.


Y en a marre des slogans élaborés pour sauver ce gaspillage financier, décrié d’ailleurs jadis par écolo qui s’empresse aujourd’hui de revoir sa position alors qu’un de ses ministres en devient responsable !