22/12/2010

Voeux.

Bon, alors compte pas sur moi pour dire "bonne année", "meilleurs voeux", "tous mes voeux de bonheur", et encore moins "bonne santé".

Non c'est vrai, celle-là tout le monde va te la faire et tu vas la lire à peu près 417 fois en quelques semaines.

Donc j'ai opté pour quelque chose de plus original :

PEACE

 

17:04 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

11/12/2010

L'injustice est souvent ignorée et tronquée.

Je vois peu de gens s’élever sur un jugement qui acquitte la fraude de la KBC qui porte sur un montant de 25 millions d’euros, même si je peux comprendre que les preuves étaient entachées d’illégalité. Je vois peu de gens s’élever contre des intérêts notionnels qui font un cadeau  fiscal  légal de 14,3 milliards de l’Etat aux grosses sociétés. Par contre j’en entends beaucoup sur le coût des réfugiés ! Etonnant…

18:41 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

01/12/2010

Exercice du pouvoir et démocratie.

Sommes-nous dans un pays de fous ? Au nom de la sacrée sainte démocratie, chacun veut avoir son mot à dire ou se dit représentatif d’un groupe pour réclamer l’union ou la séparation du pays.

Nous n’avons encore rien trouvé de mieux que les élections pour instaurer un système politique indispensable à la gestion d’un pays. Les dernières sont ce qu’elles sont, mais elles ont fait gagner au nord ceux que le sud redoutaient et inversement. Voilà qui ne pouvait que susciter peu d’enthousiasme pour former un gouvernement. Si tous les responsables s’accordent sur le fait de la primauté de l’économique sur le communautaire, les deux s’entrecroisent et la vision droitière de la Flandre se heurte à celle de gauche (pourtant  très libéralisante)du PS.

Dès lors que faire ?  Facile, en tout cas, de montrer du doigt des responsables qui tentent de prendre appui sur de savantes analyses techniques et sur la mise en balance de multiples intérêts. Les partis ne font que relayer des opinions qui, pour le moins, ne sont pas à l’unisson !

La voix au peuple ? Moi, je veux bien ; j’y aspire même. Mais que dit le peuple ? Plus occupé par des intérêts particuliers que collectifs, il est loin de l’esprit révolutionnaire. Un peu d’histoire nous montre d’ailleurs qu’après de belles flambées révolutionnaires, il faut prendre des décisions et qu’aucune n’a jamais pu être prise en dehors d’une représentativité d’opinions qui restent multiples.

J’ai toujours eu et ai encore beaucoup de sympathie pour le marxisme. La prise en charge du prolétariat par lui-même ne reste hélas qu’une belle idée, mais qui n’a pas marché. Qu’on le veuille ou non, il faut bien un jour structurer, avec l’inévitable délégation de pouvoir. Si aux yeux du communisme, il n’y avait pas de problème puisque le parti unique était censé être l’expression de la volonté du peuple, nous avons vu que ce seul intermédiaire posait un fameux problème. La concentration du pouvoir n’a pas suffi à assurer les intérêts, y compris ceux d’une classe sociale ouvrière,  vue comme unifiée mais bien plus divisée qu’en apparence.

Une véritable participation populaire reste à inventer ! Aussi minimale  et indirecte soit-elle, je reste attaché à la représentativité des démocraties occidentales.

Si je ne suis point un révolutionnaire, je reste pourtant persuadé qu’il faut s’impliquer dans des actions stimulantes qui obligent les chefs de parti et leurs instances  à prendre des décisions autres que celles modelées sur les marchés capitalistes et subordonnées aux diktats du seul profit d’une minorité. Aux slogans propagés et bien martelés de ceux qui nous culpabilisent sur l’inévitable effort budgétaire à faire porter par nous tous, à la nécessité de tenir compte de la main d’œuvre concurrentielle, il est temps d’encourager des actions comme celles promues, par exemple, par le PTB. Quelle que soit l’efficacité actuelle de ce petit parti marxiste, il est utile de le voir prendre de l’ampleur tant que le capitalisme et les inégalités qu’il engendre, tant au nord qu’au sud du pays, tout comme dans le monde, reste aussi dominant.

Ne vous étonnez donc pas, si sans être un disciple inconditionnel de Marx, vous me voyez relayer les actions du seul parti  encore national de notre pays !

20:37 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |