11/12/2010

L'injustice est souvent ignorée et tronquée.

Je vois peu de gens s’élever sur un jugement qui acquitte la fraude de la KBC qui porte sur un montant de 25 millions d’euros, même si je peux comprendre que les preuves étaient entachées d’illégalité. Je vois peu de gens s’élever contre des intérêts notionnels qui font un cadeau  fiscal  légal de 14,3 milliards de l’Etat aux grosses sociétés. Par contre j’en entends beaucoup sur le coût des réfugiés ! Etonnant…

18:41 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

Normal, les intérêts notionnels, à moins d'être un spécialiste, personne n'y comprend 'goutte'...les réfugiés...on participe tous à l'appel d'air à travers son IPP.
De plus, peu sont vraiment en situation de détresse 'vitale'... plutôt en détresse économique !
Comme toujours, évitons les clichés mais je paie des impôts pour que l'Etat fasse son boulot...à fournir de l'aide 'concrète' aux pays en développement, pas à leurs leaders pour alimenter leurs comptes aux Iles Caïmans...et pas pour les milliers de pique-assiettes qui débarquent tous les jours...et quand ce seront nos assiettes qui seront vides...vers qui se tournera-t-on???
Et puis, entre une entreprise qui bénéficie des intérêts notionnels mais qui fait tourner notre économie et emploie du monde et les pseudos réfugiés qui débarquent de partout...mon choix est vite fait...dur sans doute...mais c'est la vie qui veut ça...le reste...du vent !

Écrit par : The Gentleman | 11/12/2010

Cher Gentleman.
L'appel d'air via votre IPP serait sans doute fortement plus léger si les rentrées d'Etat n'étaient pas amputées de ce que des entreprises qui se délocalisent et n'augmentent pas, par un cadeau fiscal, la main d'oeuvre mais uniquement le porte-feuille des actionnaires! Par contre je suis d'accord avec vous pour limiter l'immigration économique par une véritable politique au développement qui n'alimente pas uniquement des leaders corrompus!
Notre assiette vidée par de pseudos réfugiés reste un risque peu probable à côté des gens de biens et non réfugiés qui se chargent de la vider bien plus et plus rapidement! La vie ne veut rien, elle est décidée par chacun... Sinon, elle n'est que vent conceptuel! Bien amicalement.

Écrit par : mik | 11/12/2010

Ma vision d'homme de droite se heurtera toujours, sans doute, à votre vision d'homme de gauche (je suppose?).
j'ai laissé derrière moi, par la force du temps, les enthousiasmes politiques juvéniles et naïfs, pour me frotter, ma carrière durant, aux réalités de la vie. J'ai une vision libérale des choses, à ne pas confondre avec la 'vision capitaliste' qui n'est pas du tout la même chose et que certains mélange régulièrement pour 'noyer l'opinion' et coller des étiquettes...c'est si facile, ou pour renforcer l'effet de halo...Je reste persuadé que la faiblesse et un humanisme gnangnan (!) sont les meilleurs garants d'une assiette vide...mais nous pourrions en discuter pendant des heures, le risque voyez-vous, c'est qu'à force de discuter...on passe à côté de la montre en or ou on risque de se la faire voler !
Cordialement
The G.

Écrit par : The Gentleman | 12/12/2010

@ Thé g.Vrai que nous pourrions sans doute discuter des heures, sans pour autant passer à côté de la montre en or! J'ai toujours eu des difficultés à me situer comme homme de gauche ou de droite et c'est la raison probable de mon engagement durant des années au Centre! Né d'un milieu de droite, j'y ai constaté le manque d'altruisme et l'individualisme outrancié. J'ai aussi constaté l'irréalisme et l'arrivisme de la gauche! J'ai alors cru, autre illusion, à la collaboration des classes! Je demeure attaché à la liberté et suis en cela "libéral", sans pour autant admettre un capitalisme qui s'en réclame! Maintenant âgé déjà, je conserve un esprit " libre" qui ne peut se résoudre à accepter le monde tel qu'il est et espère encore en une justice et une égalité sociales; à un humanisme (autre que gnangnan) qui reconnait la PERSONNE dans sa dimension individuelle et sociale. Quand le temps fait perdre l'enthousiasme, il devient triste, résigné, voire terriblement embêtant. Le mien est encore rempli de dynamisme, de passions, d'erreurs aussi, mais toujours interrogatif. Notre destination de vie, nous la connaissons: la mort; autant alors profiter des énormes surprises du voyage que nous pouvons encore faire avant d'arriver à destination!Pire qu'une une assiette vide est celle pour qui tout aliment est connu! Je veux rester gastronome... Bien amicalement.

Écrit par : mik | 12/12/2010

je crains que les stroumpfs noirs ne soient en train de supplanter les stroumpfs bleus (sans allusion colorée)...et les quelques hommes de bonne volonté sont bien impuissants à changer quoi que ce soit à cet état de chose...Il reste la foi...et la gastronomie...pour la gastronomie...on se rejoint ! ;-)

Écrit par : The Gentleman | 13/12/2010

Les commentaires sont fermés.