06/02/2010

La bêtise financière.

Et nous voilà à nouveau bombardés d’informations sur la baisse des bourses entraînée soi-disant par le déficit des états, avec en point de mire le déficit grec de 12,7% du PIB.

J’avoue ne pas être un spécialiste financier. Mais, faut-il l’être pour piger qu’on ne nous dit pas tout ! Faut-il l’être pour déduire que la crise, engendrée par un capitalisme sans morale, celui de la spéculation qu’aucun Etat n’a pu juguler mais où les banques effondrées ont reçu sauvetage par des sommes colossales versées par le contribuable, change tout simplement de mains. Les banques ont passé la bombe empoisonnée aux Etats. N’entubons donc pas trop vite les pauvres Grecs ! Il y a alors à s’inquiéter du déficit des USA (10,6%), ou encore du déficit japonais qui dépasse du double celui de la Grèce.

Ne nous avait-on pas promis à grands coups de déclarations qu’il était temps de changer le système financier, ou du moins de le mettre à jour pour éviter la grande spéculation, les bonus géants des  traders ?

Que nenni. Rien n’a été fait.  Les prises de risque sont toujours bel et bien là. Le système bancaire avec ses voleurs de clients armés de fonds spéculatifs est toujours à l’abri de sanctions. Les produits dits dérivés, dont nous ignorons tous la technicité mais décrits comme nécessaires à contrôler, continuent à remplir les poches de ceux pour qui il n’y a pas crise.

Bref il n’y a eu aucune refonte réelle dans les institutions de la zone euro, ni d’ailleurs ailleurs. Tout le système a repris ses mauvaises habitudes.

Beau le discours «  laissez-nous entreprendre » ! De qui se fout-on ? Simplement de nous tous. Les grandes entreprises, à l’exemple de Inbev, veulent profiter de la crise pour faire encore des bénéfices plus plantureux. Son PDG Carlos touchera en bonus pour 2013 la bagatelle somme de 80 millions d’euros ! Et pendant ce temps les petites entreprises, celles des petits indépendants crèvent. Les travailleurs se mettent à croire que la crise de l’emploi est une fatalité.

Non, vraiment on ne nous dit pas tout ! Pire on nous leurre. Nous n’entendons que ce qui est politiquement correct. Il est temps d’entendre enfin d’autres versions que celles qui culpabilisent le peuple.

Commentaires

Coucouuu clair qu'on ne nous dit pas tout ! tt façon pour eux on est trop cons pour comprendre ou pour décider qq chose
on est just bon au moment des élections ,là ils se souviennent qu'on existe ,puis ils ont besoin de nous pour garder leur boulot hyper bien payé avec tout les avantages qui vont avec ;)
ils nous saoulent avec des chiffres et du blabla d'initiés ,nous roulent ,nous arnaquent un max et tout ça à leur avantage of course

gros kisss Mik

Écrit par : bio | 08/02/2010

Bonjour Mik Rien à ajouter à ton texte.
La magouille dans toute son horreur.
Amitiés
Duke

Écrit par : DUKE | 09/02/2010

Bonsoir MIK Tout à fait d'accor on nous a fait tout un cirque, les Américains, ont laissés faire, ont laissés s'endetter familles, et contribuables, pire, ont laissé choir des milliers d'épargants... Aujourd'hui, certains son ruinés et personne ne fait rien...
Ces gens ont bien souvent travaillé dur pour avoir leur bien...
Mais ça n'estterminé....
Je suis curieuse de voir la suite...
Je te souhaite une bonne fin de journée. Bisous

Écrit par : Soledad | 09/02/2010

Les commentaires sont fermés.