28/11/2009

La bêtise de J. Milquet.

milquet et lutgens
Je dénonce souvent la bêtise politique tout en reconnaissant que celle-ci demeure un art bien difficile qui fera toujours des mécontents. Croire que la politique peut apporter le bonheur est la plus grosse bêtise qui soit. J’ai bien de la sympathie pour Joëlle Milquet, femme intelligente, cultivée et très humaine, très bonne juriste. Elle a acquis un bon sens stratégique pour rénover son parti et le sortir de l’opposition. Pas simple pour un parti dit centriste où la tradition catho est encore bien présente.

Mais entre les discours et les faits, le divorce est grand, au CDH comme dans tous les partis. Le grand mot « démocratie », souvent mis en avant n’est souvent qu’une mascarade bien organisée par une minorité tirant profit de son pouvoir au nom du sacré «  service altruiste à la nation ».

L’élection de la présidence du CDH en est une preuve de plus. Qui oserait croire à la démocratie interne quand on oblige les candidats éventuels à ne pas s’exprimer contre les autres candidats ( même avec fair-play) ; de ne participer qu’aux seules réunions de campagnes organisée par le parti dans chaque province et à ne prendre la parole qu’à celles-ci ; que le fichier des membres ou extrait de celui-ci ne peut être communiqué aux candidats qui ne peuvent, en plus, laisser diffuser une liste de supporters. Si cela ne se nomme pas  « canasser » une élection, je n’y comprends plus rien !

Pauvres membres du CDH. Les voilà confrontés à un choix qui n’en est pas un. Le collège des sages, dit des assesseurs, a évidemment muselé les candidatures, avec l’aval du plus grand nombre de « têtes » susceptibles de coiffer la présidente et son poulain Lutgens. Un éventuel candidat « sérieux  qui aurait eu le culot de se présenter pouvait faire une croix (toute chrétienne) sur son avenir parlementaire et surtout ministériel. Par contre, pouvoir émettre un oui ou un non pour le tandem vedette présentait le risque d’un non majoritaire. Qu’à cela ne tienne, une autre candidature insignifiante ferait l’affaire. Le choix, dit bien entendu démocratique, pourrait s’opérer entre voter l’illustre duo ou un certain Jan Lippens. Le programme de cet anversois inconnu est à mourir de rire et publié, selon la mise en scène orchestrée, sur le site du parti.

Ce flamand bien intentionné y va sur quelques pages dactylographiées sur une antique machine à écrire d’un hymne belgicain à la gloire d’une patrie menacée de disparaitre sans le CDH ! «  Non au retour d’un Etat « Flamand » qui n’a jamais existé. Les Bourguignons avaient déjà réalisé l’union de nos régions et notre people ! » sic… A part cet élan nationaliste, rien de rien !

Voilà le choix démocratique et imposé par un parti qui met au centre la personne ! Comment les membres de ce parti ne se révoltent-ils devant un tel cirque, défendu avec une espèce de sérieux aussi lâche qu’hypocrite.

Imaginons que le sieur anversois recueille le vote des opposants (peut-être majoritaire) au tandem Milquet-Lutgens et que cet inconnu incapable de pondre quelque chose de valable remporte la présidence !!! Ce serait amusant si ce n’était irresponsable.

Ma chère Joëlle, à vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. Accepter, si pas participer, à cette mascarade démocratique n’est pas digne du combat que tu as mené jusqu’à présent. L’issue d’une telle victoire ne peut qu’engendrer un affaiblissement du parti et la perte de militants déçus par un tel procédé. Je crains fort que ton successeur ne doive gérer le parti dans l’opposition tant externe qu’interne. L’avenir nous le dira. Le présent lui n’est pas ce que le CDH a connu de meilleur. Si la victoire de Nothomb, avant la tienne, a entrainé bien des blessures et cassures, notamment par le départ de Deprez, le procédé était au moins démocratique. La peur de perdre et la mise en forme obligée d’une victoire n’a jamais fait progresser ni la démocratie, ni un parti qui se réclame de celle-ci.

Cordialement !

25/11/2009

La bêtise de Leterme.

leterme1
Le Leterme « nouveau » est arrivé. Oh mère patrie, te revoilà avec un nouveau ex premier ministre. Espérons qu’il fera mieux que par le passé. A force de diaboliser ce personnage gaffeur ou pire séparatiste, les francophones ont peut-être contribué à sa remise en place. La nouvelle cuvée cd§v en sera-t-elle bonifiée ?

Notre pays s'apprête donc à installer un premier ministre sous surveillance. Pour éviter un remake du psychodrame de 2008 autour des discordes communautaires, Yves Leterme devra composer avec le retour du dit « plombier » Jean-Luc Dehaene pour gérer les dossiers qui empoisonnent les relations entre francophones et néerlandophones depuis des décennies. Nous avons beau grincer des dents, cette réapparition est en somme logique. Lavé de tout soupçon dans l'affaire politico-judiciaire Fortis qui l'avait contraint à la démission l'an dernier, fort de 800.000 voix, l’impétueux pourfendeur  de notre capacité intellectuelle et pourtant chantre de la marseillaise a reçu, non seulement des consignes de modération mais un garde-fou de poids. N’oublions cependant pas que l’accompagnateur royal de Vilvoorde a toujours fortement défendu les thèses flamandes.

Face aux turbulences communautaires qui s’annoncent, le chéri européen Van Rompuy avait su apaiser un peu le climat, mais n’avait pas avancé dans le dossier BHV en près d’un an à la tête de l’équipe bleu, orange et semi rouge de notre gouvernement. D'ici au printemps, il va falloir trancher sur la scission cet l'arrondissement électoral et judiciaire. Ce ridicule conflit est ce qu’il est et empoisonne la politique de ce pays qui a pourtant bien d’autres difficultés sérieuses à régler.

Il nous faudra donc faire confiance à un changement de comportement, de stratégie, de communication, de souplesse et de sens du compromis à celui qui déclarait en 2006 : «  Nous(…) n’irons pas au gouvernement fédéral et nous allons plutôt endurer, pendant quelques mois une formation difficile pour arriver à une réforme de l’Etat ».

Nous avons en tout cas besoin d’un homme qui rassemble et pas qui divise et crée, à l’image de la NVA ou du FDF ; des hystéries nationalistes pour les premiers et communautaires pour le second, avec la nuance importance que Maingain n’a jamais mené de campagne haineuse ou injurieuse envers le nord du pays.

C’est bien plus des 800.000 chômeurs qui se profilent pour les années à venir que devrait se préoccuper le faiseur de 800.000 voix, sans quoi ce sera non seulement le chaos communautaire, mais le chaos tout court ! Le fric n’a pas de langue et il en manque dans de trop nombreuses poches, non par fainéantise, mais bien parce le marché de l’emploi s’est dégradé et ne vise plus que les bonis financiers distribués aux gros actionnaires responsables pourtant de la crise.

Vouloir tout régionaliser ne fera que diviser le "gâteau" mais ne le grandira pas.

Viscéralement anti-Reynders, j’aurai préféré malgré tout celui-ci. Son égo surdimensionné ne lui donne pas évidemment la personnalité qui rassemble et sa politique d’homme à l’écoute des riches ne pouvait (heureusement) pas faire l’unanimité francophone. Entre stratégie et hypocrisie politique, le citoyen ne se trompe pas…

On dit Leterme (fondateur de l’alliance de son parti avec la NVA) revanchard. Qu’il sache en tout cas que les bâtons dans les roues qu’il a connus referont vite surface s’il continue à diviser et ne se pose pas avec la stature d’un homme d’Etat qui se nomme encore Belgique. Il n’aura plus alors qu’à vieillir dans les vinaigreries flamingantes.

23/11/2009

Ma bêtise.

bêtise
Mon attitude critique, à la suite de bien d’autres d’ailleurs, trouve probablement origine dans le fait qu’à travers nos médias, nous pensons appréhender une foule d’événements dans une espèce de conditionnement. L’information nous oblige trop fréquemment à percevoir l’actualité d’une manière unique et sans grand discernement. Si la contestation, qui ne doit pas nécessairement être systématique, peut aider à mieux réfléchir, elle atteint au moins un de ses buts.

Mon blog sur la bêtise devrait probablement être compensé par un sur l’intelligence. En effet, ne nous  y trompons pas, notre monde en a encore. La qualité d’amour, celle de l’action, celle de la pensée fait encore fort heureusement partie de notre  terre. Je suis aussi de ceux qui conservent des illusions tout en dénonçant l’erreur de certaines. L’histoire nous montre d’ailleurs que dans son lot immense d’illusions, certaines sont devenues des réalités.

J’aime en tout cas ne pas prendre comme certain ce qui se dit souvent, en citant encore un « grand » : « il n’est pas certain que tout soit certain » (Pascal). Le doute est donc nécessaire. Il est le point de départ de toute réflexion.

Je connais en tout cas ma bêtise et mon ignorance sur pas mal d’êtres et de choses. Nous sommes tous des imbéciles mais certains le savent et d’autres pas ! Cela ne doit pas nous empêcher de nous exprimer, du moins après un minimum d’information…

Ce qui est bêtise d’ailleurs pour un, ne l’est pas pour un autre. Les commentaires le prouvent bien.

Et que tout cela ne vous empêche pas de bien commencer la semaine…

10:54 Écrit par mik dans Ma bêtise. | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

20/11/2009

La bêtise du cirque européen.

hvr
Si la Belgique peut-être fière d’avoir un premier président européen, cela ne va améliorer la vie du commun des mortels. Bien au contraire. La politique européenne  est dictée par des partis de droite et des socialistes opportunistes. Le joker belge à qui je reconnais une sagesse bien utile et un sens du compromis incontestable ne doit pas nous faire oublier que ce que nous voulons est une Europe plus sociale et plus juste. Après des années de mise en place institutionnelle qui a pris le pas sur une véritable dynamique politique au service de ses citoyens, l’Europe va-t-elle enfin s’engager dans des mesures concrètes qui barrent la route à la spéculation financière, à une économie au service des gens et non l’inverse, à une agriculture qui se meurt, à une planète polluée, à une consommation portée au pinacle du bonheur, à un équilibre budgétaire porté injustement par la masse populaire ?

N’oublions pas que notre ex- premier ministre fait bel et bien partie de l’aile conservatrice de son parti. Que sous un air pur, il n’est pas un ange et qu’il a contribué à la chute de Leterme en révélant la lettre d’un magistrat sur la possible implication de celui-ci dans le scandale bancaire de la Fortis. Depuis, M. Leterme a été blanchi.

Si nous pouvons nous réjouir d’avoir un nouveau président européen qui ne soit pas un people, un populiste ou un démago, cela ne suffit pas. J’ai beau avoir de la sympathie pour sa personnalité, ce qui compte se trouve ailleurs.

Ce que je souhaite est une Europe aux mains de ses citoyens et non aux mains de lobbys financiers et capitalistes. C’est une Europe où l’orthodoxie budgétaire soit réglée autrement que par le jeu simple de la concurrence et du libre marché. Nous voyons que cette concurrence, par exemple pour l’électricité, n’a fait qu’augmenter son coût. C’est une Europe qui ne déstructure pas les services publics, comme elle est en train de la faire avec la poste. C’est une Europe qui défend le petit agriculteur. Bref, c’est une Europe bien autre que celle d’aujourd’hui.

Je doute que l’Europe dont je rêve soit celle d’un brillant belge, cultivé, bon en diplomatie et stratégie mais dans la droite ligne d’un catholicisme où la seule charité et l’attention aux plus faibles règlent et donnent bonne conscience à la persistance de l’inégalité sociale.

15/11/2009

Petite précision sur la taxe des milionnaires.

L’argument de la fuite des capitaux n’est pas faux. Vrai que ce risque existe. Notons qu’en France, cette taxe n’a fait fuir que 2% des grosses fortunes. En Allemagne, certains riches ont lancé sur internet une pétition réclamant la réintroduction d’un impôt sur la fortune pour aider à combler le déficit de l’Etat.

En admettant même que les chiffres du PTB+ soient surfaits et que la taxation soit moindre que proposée par ce parti, elle rapporterait des milliards bien utiles à l’Etat en ce moment, sans priver les grosses fortunes d’exister encore.

Pour rappel : Cette taxe est très ciblée et ne touche véritablement que les toutes grosses fortunes et ne vise en aucun cas ceux qui ont épargné toute leur vie pour engranger une réserve bien légitime et souvent nécessaire. Exemple, l’habitat ne dépassant pas 500.000 euros n’est pas repris dans le calcul de la fortune. Cette taxe peut être provisoire et supprimée en haute conjoncture économique, même si le PTB+ la propose pour plus longtemps.

Petite précision personnelle : Si j’ai de la sympathie et adhère à pas mal de points du programme du PTB+, je n’adhère pas à des thèses totalitaristes et si dans le marxisme tout n’est pas à rejeter, tout n’y est pas non plus applicable et raisonnable. Pour Che Guevara, il y aurait beaucoup à dire. Il ne fait en tout cas pas partie de mes «  idoles » !

Devenir fan de la taxe des millionnaires n’engage pas la personne sur son adhésion ou non au PTB+, mais est bien uniquement une marque de soutien à celle-ci. Etonnant donc d’être directement assimilé par certains comme un communiste, marxiste, Che guevariste par ce que je trouve cette idée raisonnable et sympathique. Pour la petite histoire, assez «  centriste » de pensée et plutôt défenseur de la collaboration  que de la lutte des classes, j’ai adhéré depuis très longtemps et jusqu’à présent, non au PTB+, mais au CDH… Je pense cependant qu’il est temps de pousser la gauche à se radicaliser un peu plus face à une Europe beaucoup trop libérale.

11:17 Écrit par mik | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

12/11/2009

Notre bêtise politique.

cartepostal-taxedesmillionnaires_0light
Notre plus grosse bêtise politique est de ne pas nous en préoccuper, de ne pas nous y impliquer et de croire que nous ne pouvons rien faire pour la changer. N’ignorons pas notre pouvoir. La chute du mur de Berlin prouve une fois de plus que la pression et la détermination d’une masse populaire arrivent à bouleverser bien des décisions politiques. Hélas, notre société se montre plus que jamais individualiste, faisant ainsi la partie belle à un libéralisme qui mise sur la liberté individuelle pour mieux servir les intérêts d’une minorité. Les grands combats collectifs sont rares et bien souvent basés sur l’émotion, comme pour la marche blanche. Les combats de jadis pour une meilleure justice sociale se perdent et les syndicats se montrent très conciliants.

Au moment où on nous parle tous les jours de la crise, n’est-il pas temps de nous bouger un peu et de faire pression pour que celle-ci soit pèse moins sur les riches que sur l’ensemble de la population. Il est temps que comme en France, qui n’est pourtant la championne de l’égalité sociale avec un Sarkozy a sa tête, nous adhérions à une campagne sur la nécessité d’une taxe sur les grosses fortunes ? Très allégée par la droite chez nos voisins, elle rapporte malgré tout, plus de 4 milliards. Selon un système proposé par le PTB+, elle rapporterait en Belgique 8 milliards.

Pensez-y et devenez membre du fanclub de la taxe des millionnaires sur www.taxedesmillionnaires.be

09/11/2009

La bêtise du FDF.

FDF
Ainsi ce parti bruxellois tente une implantation en Wallonie ! Selon moi, aucune chance de succès. Le MR n’a rien a gagné d’une «  balcanisation » qui regroupe déjà bien trop de tendances. Il y perdrait de son identité et les électeurs préfèrent toujours la clarté. Le CDH n’a jamais eu grand succès, justement parce qu’en son sein il y a bien trop de sensibilités différentes, même si les calotins y sont encore très puissants, tout comme au MR les gens d’une droite très capitalistes et peu sociale. La défense de la francophonie en Wallonie est unanime au sein des partis et je ne vois pas le plus qu’apporterait le FDF. Au sujet d’un MR plus social grâce à l’apport du FDF, je n’y crois vraiment pas. Le fond de commerce de ce parti se trouve d’ailleurs dans la classe bruxelloise très bourgeoise, il suffit de voir les communes où ce parti « règne ». Le seul but de Monsieur Maingain est probablement de se profiler comme indispensable partenaire du MR. Le MCC ne représente rien et le FDF wallon ne représentera non plus que quelques déçus ou quelques membres avides de se faire reconnaître au MR par cette voie. Une bêtise de plus !