29/08/2009

La bêtise du chômage.

chomagebassedef
Mais quand nos responsables auront-ils le courage d’avouer qu’aucun plan de formation, qu’aucune réforme de l’Onem et autres mesures ne créent de l’emploi ; que la pénurie de l’offre est bien là. Y en a marre de culpabiliser les chômeurs ! Bien sûr, il y a parmi eux des tireurs de ficelles, des travailleurs en noir, des assistés qui ne demandent qu’à l’être, mais il y a un fait incontournable : il n’y a pas de boulot pour tout le monde. Ca, nous l’entendons peu ! Le marché de l’emploi est encore et toujours réglé par une économie capitaliste basée sur l’unique critère de l’offre et de la demande, avec son cortège de compétitivité, de concurrence, de performances. Nous acceptons cela comme une évidence, alors que faire ?  Rien, si nous acceptons le productivisme comme seul moyen d’assurer le bien être de chacun ! Et pourtant, n’y a-t-il pas moyen de rompre avec cette jungle du marché où seuls les plus forts peuvent bien gagner leur vie et tirer des profits au détriment du plus grand nombre ?

Il y bien sûr un moyen, mais qui est tout le contraire de la politique actuelle.  Il faut une réappropriation collective des moyens de productions pour des biens et services primordiaux, tels que la santé, la poste, le téléphone, les transports, l’énergie, l’eau, etc. Il faut récréer une grande banque publique. Mais nous sommes bien loin de la reconquête par la collectivité et la masse pense toujours le système libéral inévitable.

Nous pouvions espérer un grand bouleversement rendu nécessaire par la pollution de la planète et la menace de son existence. L’écologie était une chance de changement de comportement et de rupture avec le productivisme aveugle. Je crains, qu’à son tour, la vision d’une société consommatrice de biens et services durables avec l’abandon de l’agriculture industrialisée, de ce qui est énergivore, etc. se fonde aussi dans un libéralisme dit réaliste et ne se contente de petites mesures. La comptabilité écologique se laisse contaminer par les chiffres et budgets libéraux pour qui la richesse ne peut se concevoir que dans un bilan semblable aux télé-réalités livrées aux con- so-mateurs ! Les médias vendent maintenant de l’émotion, des scoops, comme d’autres vendent des voitures ou la poudre à lessiver. Même les « services publics » sont soumis aux diktats de la rentabilité.

Alors vous avez dit : «  chômage » ? Et bien, j’ose parier que sans une remise en cause « révolutionnaire » de l’organisation de notre société, celui-ci ne fera que s’accroître, ce qui n’est pas fait pour déplaire à certains qui  ne le sont point et en tirent pas mal de profit !

Commentaires

Bonne analyse, Mik. Selon certains théoriciens, le chômage est même un phénomène inhérent au marché libéralisé du travail : à l’échelle d’une nation, chaque année environ 15 % des emplois disparaissent et chaque année environ 15 % d’emplois nouveaux apparaissent... Sans une poche de réserve, l'ajustement de l'offre à la demande dans ce marché fluctant serait impossible. Le chômage est donc NECESSAIRE au bon fonctionnement de l'économie de marché du travail...

Écrit par : Paul | 30/08/2009

Voilà qui est bon à savoir. Merci paul.

Écrit par : mik | 30/08/2009

Bonjour MIk Volà un sujet à faire parler. Je suis d'accord avec toi, sans une refonte complète du sytème, cest cuit!
Mais il faudrait aussi arrêter de donner des avantages aux patrons sur certains chômeurs et pas sur d'autes, . Un exmpl, un chômeur qui entre dans le "plan activa" sera 10 fois plus vite prit pas un patron , par rapport à un autre, même i le chômeur embauché n'a pas les capacités requises. Pe importe aux patrons, ils ne voient qu'une seule chose, ce que lui coûte le travailleur.

Je trouveque le système bafoue la valeur du travail et la volonté de chacun à fare quelque chose.

Passe un agréable dimanche le soleil est présent ce matin bien que pas trop chaud, mais il fait lumineux, c'est déjà ça. Gros bisous

Écrit par : SOLEDAD | 30/08/2009

Beaucoup de mensonges Améliorer la formation, l'éducation, des foutaises ..
Que penser quand un jeune et brillant ingénieur civil de 41 ans, après 17 ans de carrière reçoit la proposition suivante, pour des raisons de restructuration dans son entreprise, vous acceptez une réduction de revenus mensuel de 30% ou vous recevez votre C4. C'est ce qui se passe ne ce moment dans des multinationales, qui profitent de la crise pour éliminer les salaires jugés trop élevés. Et dans ce cas, il ne s'agit pas de chomeurs volontaires qui peuvent aller travailler au noir.
Enfin, nous vivons une drôle de société ..

Ceci dit, j'espère que tu vas bien
Avec mes amitiés

Écrit par : aramis-le-rimailleur | 30/08/2009

coucou Il est évident que le forem propose certaines formations pour les chômeurs , tous ne prennent pas la peine d'en faire , justement pour les raisons que les emplois sont déjà attribué aux personnes ayant déjà de l'expérience dans le métier , beaucoup de critères rentrent en jeu aussi tel que l'âge et bien beaucoup d'autres aussi beaucoup d'emploi souhaite que le chercheur d'emploi possède une voiture , mais faut-il encore que le chômeur puisse s'offrir un tel luxe et sache aussi conduire car beaucoup ne savent pas , je pense bien entendu à moi . Mais quand on voit que dans beaucoup de métiers on a supprimé des emplois aux profits de la modernisation tel que des machines maintenant remplacent la main d'oeuvre . Cela devient une chaîne sans fin , les chômeurs désespèrent et ne prennnent plus la peine de voir plus loin . Au départ fais de bonnes études , essaye de maintenir ton emploi ou part vers d'autres horizons que ton pays d'origine , abandonne tout ce qui t'es cher derrière toi et va vers l'avenir , mais y a t-il vraiment un avenir ? Je te souhaite une très agréable journée , gros bisou à Samedi .

Écrit par : christiane | 03/09/2009

Le chômage ou... la guerre ! Petit kikou en passant me "ressourcer"... Le système "capitalistique" ne sait - en dehors des "crises" et d'un partage inéquitablement révoltant des richesses produites - engendrer que le chômage ou la guerre (ou les deux en même temps, suivez mon regard...). L'Histoire est là pour nous le prouver.

Écrit par : Luis | 03/09/2009

bonjour Mik il y aura forcément toujours du chômage dans nos sociétés à partir du moment ou le maximum est robotisé c'est tout à fait logique..et dans l'avenir ça ne s'arrangera pas il faut changer de système de société et savoir accepter une fois pour toute qu'il n'y aura plus jamais de travail pour tout le monde, mais tout le monde doit pouvoir vivre correctement et ça les moyens existent pour le faire il ne faut pas que chômage soit synonyme de précarité..
toute façon un jour c'est sûr on est beaucoup trop nombreux sur la terre..et tant qu'une autre politique et un tout autre système n'existe pas on ne sortira pas de l'auberge et encore pire il ne faut pas rêver

bisous Mik bonne fin d'aprem

Écrit par : nays | 03/09/2009

Je l'ai déjà dis : quand je serais morte on pourra mettre comme éphigie: elle avait des diplomes. Pourtant je fais des frites (il n'y a pas de sot métiers) , mais je voulais juste dire que celui qui veut travaille trouve. Il est exact que dans mon métier je ne trouve pas car je suis trop vieille, je leur coute trop cher. Et c'est la que le bas blesse, si les employeurs ne devaient pas payer autant en lois sociales ils engageraient peut être plus vite aussi et si le chomage n'etait pas si laxiste et plus sévere envers les carroteur et il y en a un paquet peut être que cela irais mieux. Parfois on pousse aussi a rester chomeur car quand on voit se qu'on touche fin du mois au chomage et que quand on va bosser avec les risque que ca comprend (accident, usure de la voiture, organisation pour la garde des enfants etc. etc...) on gagne plus a rester chomeur .
Alors on a beau discuter, le probleme est là et cela ne changera pas, car les remèdes miracles il y longtemps que je n'y crois plus.
Bizzzzzzzzzzz

Écrit par : cheera/marie | 10/09/2009

Les commentaires sont fermés.