04/06/2009

La bêtise de croire en la rhétorique

Je me suis toujours méfié, surtout en politique, des beaux parleurs. Nous connaissons tous combien les grands tribuns ont été souvent des hommes dangereux. A l’écoute des débats télévisés en cette période électorale, je suis effrayé de la manipulation qu’emploient nos ténors de partis. Le champion en la matière demeure à mes yeux Didier Reynders. Je m’incline devant son intelligence, son verbe facile, son art oratoire. Hier encore, au débat sur RTL, il osait, sans vergogne, affirmer que dans son parti plaçait les candidats là où ils siègeraient. Oubliant, comme par hasard, de dire que Louis Michel, candidat pourtant à l’Europe, est bien candidat à présider le gouvernement wallon ! Non, là, il s’agirait simplement d’un homme disponible à prendre une fonction utile au pays ! Quelle hypocrisie.

Durant tout le débat, cet habile ministre des finances, n’a cessé d’égratigner, avec une habileté remarquable, les candidats d’autres partis, en disant ne s’en prendre qu’au système. L’homme qui parle à l’oreille des riches s’est montré grand défenseur du lien social. Faut le faire ! Ainsi habilement a-t-il dit que les petites pensions devaient être revues à la hausse, mais en plaidant en même temps pour un système d’assurance complémentaire. Entendez le versement à des caisses privées !

Voilà bien le genre de tribun qui sait détourner avec habileté les arguments de fond, comme celui du libéralisme où seul compte le profit qui fait l’excellence d’une personne.

Il y a chez cet homme, et il n’est pas le seul, toute une méthodologie d’argumentation pragmatique, y compris populiste, qui masque remarquablement son cynisme et sa seule volonté de pouvoir. Ce président, avec d’autres, profite des ambiguïtés du langage pour produire des raisonnements d’apparence logique, mais qui contiennent toute une pensée cachée de droite qui fera toujours que seuls les forts auront véritable valeur.

Le discours des orateurs a l’art de travestir la réalité de terrain en proclamant pourtant bien la connaître. Il associe bien souvent la vertu à la puissance.

Attention donc à la rhétorique qui n’est pas un moyen de dire des vérités mais simplement un moyen de persuasion.

Notre bêtise serait de croire celui qui parle le mieux !

Commentaires

Là... Sur ce coup là, tu as bien parlé, clair et fort. Disposes-tu aussi de la gestuelle pour le très mal embouché de mal-entendant que je suis?
Finalement rien de tel qu'une soirée au Route 66de Verviers ou au Banana Peel de Ruislede...les programmes sont variés, multiculturels et conviviaux. Dis c'est quoi ,la différence entre un flamand et un wallon qui écoute du blues ou un discours électoral? Le flamand comprend les paroles.
Allez à P(lus) T(ard) B(ordel).
Amicales pour d'autres clowneries.

Écrit par : Pat. | 04/06/2009

Hello Mik Il y vont tous de leur plus beau discours pour nous persuader qu'ils sont les meilleurs. Dictateurs, oppresseurs savaient aussi manier le verbe avec dextérité pour haranguer les foules. Je n'écoute rien de tout cela :)

Écrit par : Manureva | 05/06/2009

bonsoir Mik qui pourrait l'écouter comme ça sans réagir à ses propos !! faut tout de même pas qu'il prenne les gens pour des imbéciles !!
d'ailleurs je n'écoute plus personnes je veux la paix et le calme dans mes oreilles...sauf la musique que j'aime bien sûr
bisous Mik bon week-end

Écrit par : nays | 05/06/2009

LA BËTISE EST TOUJOURS CELLE QUI VIENT DES HOMMES LOL
bon vote demain et bienvenu dans mon monde

Écrit par : une terrienne | 06/06/2009

Les commentaires sont fermés.