28/07/2008

La bêtise de croire l'autre original.

Je prends de plus en plus conscience de ma bêtise de croire à l’originalité des gens.

J’ai souvent la naïveté de croire que chacun exprime des idées originales, basées sur un minimum de réflexion personnelle. Et bien, non !

La majorité exprime des idées, des clichés qui n’ont rien d’élaborés de façon personnelle, mais reçus par une multitude de préjugés, d’informations déjà digérées et avalées sans aucun sens critique.

S’ils en étaient conscients, je m’en contenterais, trouvant intéressant l’adhésion à ce qui est véhiculé par la tradition, l’éducation ou la mode. Hélas, il n’en est pas ainsi. La conviction des gens est que leur conviction dépend bien d’eux, alors qu’à bien y regarder elle n’est que répétition pure et simple de ce qu’ils ont entendu ou de convictions simplement acceptées par éducation ou culture.

Il n’est pas simple, évidemment, de se forger une idée propre sans connaître un minimum de choses sur un peu tout. Personnellement, j’évite alors de me lancer sur un sujet que je ne  connais pas ou crois connaître, sans avoir au moins préalablement tenter une compréhension, fut-elle minimum.

Vrai que notre monde court, prend peu de temps à vraiment se former, se cultiver, mais surtout préfère la facilité du prêt à porter qu’il soit d’ailleurs alimentaire, vestimentaire, ou intellectuel. Plus simple est de porter un costume tout fait que de se le tailler, de consommer un plan préparé que de se le cuisiner, de lire un digest qu’une œuvre. Plus facile de se noyer dans des émissions bébêtes ; plus facile de lire Closer que le Vif/-l’Express; plus facile de s’abêtir que de se cultiver. Je ne peux leur donner tort. Le quotidien pour assurer le steak sur la table, l’abonnement des médias, les frais scolaires des enfants et l’essence dans la voiture, sont suffisamment harassants pour encore trouver le temps de la réflexion.

Cela est-il vraiment une excuse ? Probable, bien que le temps trouvé à faire du n’importe quoi pour meubler un temps que d’aucuns trouvent ennuyeux me fait croire à la non véracité du peu de temps au bénéfice de notre fâcheuse tendance à préférer la paresse ! Quoique la paresse est souvent dictée par le manque de motivation.

J’en conclurais donc que la majorité des personnes se fout simplement de penser par soi-même et préfère être mouton de panurge. Rien de répréhensible à cela, mais bien alors à ce que ces mêmes personnes ne se posent comme détenteurs de vérité. Moins grande est la culture, plus grande est la certitude.

Ils oublient sans doute que la bêtise vient du fait de se croire au-dessus de celle-ci. Avouer son ignorance est signe d’intelligence.

L’intelligence est bien plus d’ouvrir son esprit que de réciter des matières apprises, mais comment l’ouvrir quand on ne regarde que le vide ?

Notre société ne se noie t’elle pas trop dans un narcissisme outrancier où seule la reconnaissance compte, au risque de se noyer dans l’eau dormante aux reflets d’argent, d’honneur et de pouvoir ?

Suis-je condamné à faire partie de cette minorité qui veut encore croire à la bêtise nécessaire pour autant qu’elle soit passagère ? Car à force de vouloir s’éclater, selon une expression mode, que restera t’il, comme essentiel en soi, sinon du vent !

Mais suis-je peut-être dans l’erreur car l’ignorance est peut-être au fond le bonheur !

Commentaires

Bonjour Mik Heureux les sains d'esprit......
Que cette semaine te soit bénéfique.
Amitiés

Écrit par : DUKE | 28/07/2008

eh je suis abonnée au vif depuis plus de 15 ans mais c'est pas pour ça que je me dit ou me croit intelligente !!!! !! gros bisous

Écrit par : nays | 29/07/2008

Les commentaires sont fermés.